Partie 1: Comment revenir au jeu après une déchirure d’un ligament du genou?

Partie 2 ici >

          Le genou est un des joints le plus gros et complexe qui existe dans le corps humain. Les blessures aux genoux sont extrêmement fréquentes pour les athlètes, tous sports confondus. Les entorses ligamentaires, qui constituent les blessures les plus communes au jeu, se manifestent de 3 manières différentes : un étirement, une déchirure partielle ou une rupture complète. Quelques fois, un athlète peut même avoir une combinaison de plusieurs ligaments ou ménisques déchirés. Dans quelques uns des cas, la guérison peut être plus rapide et aucune opération ne sera nécessaire. Cependant, dans la majorité des cas, l’athlète devra opter à une reconstruction du genou, surtout si le ligament croisé antérieur est atteint. L’obtention d’un IRM peut prendre quelques mois dans le service public, en plus d’attendre pour une date d’opération. En attendant celle-ci, la réadaptation est cruciale afin de retrouver la force, la mobilité complète du genou et de réduire l’inflammation, opération ou non. Avant de vous présenter mon programme de réadaptation du genou, un peu d’anatomie…

ANATOMIE DU GENOU

          Essentiellement, la structure du genou aide à relier la jambe à la cuisse. Cet attachement est constitué de :

- 3 os;

o   fémur

o   rotule

o   tibia

- 2 ménisques;

o   latéral

o   médial

- 4 ligaments majeurs;

o   ligament croisé antérieur

o   ligament croisé postérieur

o   ligament collatéral fibulaire ou externe

o   ligament collatéral tibial ou interne

- 3 muscles majeurs;

o   quadriceps

o   ischios-jambiers

o   fessiers.

genou2.jpg
genou3.jpg

          Les ménisques agissent comme une éponge et un absorbant de choc entre le fémur et le tibia. Les 2 ligaments croisés aident à la stabilité du joint pour les glissements avant et arrière, tandis que les 2 ligaments collatéraux aident à la stabilité du joint pour les glissements de gauche à droite. De plus, les 3 groupes musculaires qui entourent le genou doivent être forts afin de supporter cet articulation complexe. Vous comprendrez que si l’un (ou plusieurs) des ligaments subit un trauma, le genou devient instable et cela aura un impact sur vos activités quotidiennes : marcher, descendre/monter les escaliers, s’assoir sur une chaise ou par terre, monter dans votre voiture, etc.

***Voir la suite (partie 2) du blog demain. Vous y trouverez les exercices d'échauffement qui vous permettront de retrouver votre amplitude de mouvement.***